RECHERCHE:

Langues parlées
Français - Anglais









Secteurs d'affaires:
Montérégie: Beloeil, Mont St-Hilaire, McMasterville, Otterburn Park.



Statistiques de la Chambre immobilière du Grand Montréal
 
Augmentation des ventes de maisons en février Île des Soeurs, le 3 mars 2005 – Les ménages ont acheté beaucoup de maisons en février. En effet, selon les statistiques publiées par la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), un total de 4 859 ventes ont été enregistrées sur le système S.I.A.®/MLS® en février 2005 comparativement à 4 797 pour le même mois l’an dernier (29 jours).

Le volume des ventes (ou chiffre d’affaires) s’est approché du milliard $, en totalisant 941 millions $, soit une hausse de 11 % par rapport aux 850 millions $ de février 2004.

Au 28 février, il y avait un total de 31 712 inscriptions résidentielles au réseau S.I.A.®/MLS® alors que pour le même mois l’an dernier, il y en avait 24 024.

Par ailleurs, 9 192 nouvelles inscriptions ont été enregistrées dans le réseau en février 2005 (+11%).

« L’augmentation des ventes en février démontre que l’engouement pour l’accession à la propriété demeure très fort. Les consommateurs sont conscients que la maison demeure l’actif financier le plus important des familles », précise Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM.
« Tous les indicateurs sont présents pour que 2005 soit une autre très bonne année pour l’immobilier puisque les taux d’intérêt demeureront bas et qu’un récent sondage de Ipsos Reid/RBC Groupe Financier indique que les intentions d’achat de maisons sont en hausse, particulièrement chez les 25 à 34 ans », indique M. Beauséjour. Le porte-parole rappelle d’ailleurs que les premiers
acheteurs ont accès à plusieurs programmes très intéressants : le régime d’accession à la propriété (RAP), des programmes de subventions de certaines villes ou des programmes d’assurance prêt hypothécaire, permettant à certains ménages d’acheter une propriété avec « zéro comptant », mais sous certaines conditions.

Le marché immobilier étant très actif, rappelons que la CIGM a produit récemment à l’intention des acheteurs et vendeurs le guide « Au coeur de l’immobilier – Conseils pour l’achat et la vente d’une propriété ». Ce magazine de 32 pages contient une foule d’articles judicieux sur des sujets tels
que : « L’achat d’une première maison », « Nouvel acheteur, sachez éviter les pièges », « Acheter ou vendre d’abord », « La rétribution : un salaire bien mérité », « Résidences secondaires : un marché en pleine expansion », « L’achat d’un condo ou d’un plex », etc. Notons que le guide « Au coeur de l’immobilier » est distribué exclusivement par les agents immobiliers membres de la Chambre immobilière.

Prix moyen

En février 2005, la valeur moyenne des propriétés unifamiliales était de 195 000 $ dans le Grand Montréal, soit une hausse de 11 % par rapport aux 176 000 $ de février 2004.

Voici les prix moyens des propriétés unifamiliales vendues en février 2005 par région administrative :

• Montréal : 302 000 $ (+10 % par rapport à février 2004)
• Laval : 194 000 $ (+13 %)
• Montérégie : 181 000 $ (+11 %)
• Laurentides : 173 000 $ (+11 %)
• Lanaudière : 145 000 $ (+10 %)

Il faut toutefois savoir que ces moyennes n’indiquent pas nécessairement la valeur des propriétés dans chacune des zones et districts du Grand Montréal mais qu’elles sont un indice qui permet de constater l’évolution moyenne du coût des propriétés unifamiliales dans les territoires desservis par la CIGM.

La Chambre immobilière du Grand Montréal est une association à but non lucratif qui compte plus de 8 000 membres; agents et courtiers immobiliers.

Troisième plus grande Chambre au Canada, sa mission est de promouvoir et protéger activement les intérêts professionnels et d’affaires de ses membres afin qu’ils accomplissent avec succès leurs objectifs d’affaires.


Renseignements :

Linda Grondin
Directrice adjointe, Communications, relations avec l’industrie
et affaires légales Chambre immobilière du Grand Montréal
Tél. : (514) 762-2181, poste 130
LE MARCHÉ DE LA REVENTE DU GRAND MONTRÉAL SURFE SUR LE SOMMET
 
Montréal, le 2 mars 2005 – Dans le Grand Montréal, les derniers mois de 2004, comparativement à ceux de 2003, se sont soldés par un recul de 7 % du nombre de propriétés (7 871) ayant changé de mains sur le réseau S.I.A.®/MLS®. Cela fait suite à une baisse également observée au cours du troisième trimestre.

Au total, en 2004, les ventes ont augmenté de 2 % pour atteindre 36 022 transactions. Ceci fait suite à une légère diminution (-3 %) en 2003. « En somme, de faible baisse en faible hausse, le marché semble atteindre un certain plateau. Une création d’emplois soutenue depuis la fin des années 1990 et des taux hypothécaires qui demeurent très faibles permettent au marché de la revente de surfer sur la vague près du sommet », explique Paul Cardinal, analyste principal de marché pour la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Le nombre de transactions enregistrées en 2004 étant tout juste inférieur à celui de 2002, on ne peut pas parler d’un record d’activité à l’échelle de la région métropolitaine de Montréal. Il en va autrement pour l’ensemble du territoire de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM), qui inclut des secteurs ruraux où l’activité ne cesse de s’intensifier. « Au cours des quatre dernières années, on a constaté une hausse totale des ventes de 22 % à Montréal et dans sa banlieue alors qu’en périphérie, la progression a atteint 81 %. Certains ménages semblent donc de plus en plus enclins à s’éloigner, car les logements sont plus abordables en périphérie », explique Michel Beauséjour, FCA, chef de la direction de la CIGM.

La faible hausse des inscriptions courantes en 2003 s’est fortement accélérée l’an dernier et s’est chiffrée à 30 %. L’île de Montréal a grandement contribué à cette majoration, principalement par ses secteurs centraux (zones 4 et 5), mais la banlieue est également entrée dans la ronde durant la deuxième moitié de l’année. L’augmentation du nombre de copropriétés à vendre dans le secteur Rive-Nord est particulièrement notable.

Si le marché demeure à l’avantage des vendeurs, leur pouvoir de négociation s’effrite lentement par suite, forcément, de la baisse des ventes et de la majoration du nombre d’unités à vendre.

La copropriété est encore ici le type d’habitation qui bouge le plus : on compte actuellement six vendeurs par acheteur, une tendance qui pourrait ramener un marché équilibré pour ce type d’habitation à la fin de 2005.

La progression spectaculaire du prix des habitations dans le Grand Montréal s’est poursuivie l’an dernier. Malgré le fait que les ventes ont ralenti et que les inscriptions ont augmenté, le prix de vente moyen, tous types d’habitations confondus, a encore fait un bond de 13 % en 2004.

En particulier, le prix moyen d’une maison existante sur l’île de Montréal a franchi le cap des 300 000 $ alors qu’il frôlera les 200 000 $, en banlieue, dès cette année.

S’il y a un type d’habitation qui connaît un engouement que peu avaient prédit, c’est bien la copropriété. Depuis le creux du marché en 1995, sa popularité, en termes de ventes, s’est accrue deux fois plus rapidement que celle des autres types d’habitations. Cette forme de logement connaît toutefois certains soubresauts : l’offre augmente à un rythme accéléré, et les vendeurs perdent graduellement leur avantage sur le marché. Cette situation est particulièrement vraie en banlieue, un secteur moins propice à ce type d’habitation et qui avait d’ailleurs été plus touché lors de la période difficile du début des années 90.

On remarque également que la construction de copropriétés s’intensifie dans plusieurs secteurs, notamment en périphérie, comme par exemple dans la MRC des Moulins (Terrebonne, Mascouche, LaPlaine, Lachenaie). De plus en plus, les unités neuves viennent concurrencer les unités existantes. Dans ce contexte, l’évolution du prix des copropriétés sera à suivre de près en 2005.


L’Analyse du marché de la revente du Montréal métropolitain est disponible en ligne.



Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Paul Cardinal
Analyste principal de marché
Société canadienne d’hypothèques et de
logement
Tél. : (514) 283-8391
Linda Grondin
Directrice adjointe, Communications, relations
avec l’industrie et affaires légales
Chambre immobilière du Grand Montréal
Tél. : (514) 762-2181, poste 130